Découvrez plus de 70.000 biens
dont plusieurs milliers proposés
ici et nulle part ailleurs
Bienvenue chez CENTURY 21 ADM Conseil, Agence immobilière MONTROUGE 92120

Comment renégocier son crédit immobilier?

Publiée le 30/06/2014

Jamais, depuis plus de dix ans, lestaux d'empruntimmobilier n'ont étési bas. Les taux de la Banque centrale européenne, au plancher, et  la confiance des marchés dans la dette de l'Etat français y sont pour beaucoup.  C'est donc le moment idéal, pour ceux qui ont contracté un prêt récemment, de  renégocier leur crédit. Renégocier ? Le terme est inexact, juge Philippe Taboret,  directeur général adjoint du courtier Cafpi. Cela signifierait que l'on demande  à sa propre banque de faire baisser le taux d'emprunt. Or la plupart s'y  refusent, afin de ne pas avoir à enregistrer une perte. En revanche, le rachat  de prêt, via un autre établissement, est aujourd'hui très en vogue."  

Comment profiter de l'aubaine ? Deux possibilités : faire soi-même le tour  des banques - cette démarche peut d'autant mieux fonctionner que ces dernières  ont besoin, en ce moment, d'attirer de nouveaux clients - ou avoir recours à un  courtier, qui mettra en concurrence les différents établissements  financiers. 

L'économie, au total, peut être très substantielle

 

 

 

"A l'heure actuelle, près de la moitié des demandes que nous traitons  concernent des rachats de crédit", indique Ari Bitton, président d'AB Courtage. Pour réaliser  l'opération, il faut compter environ deux mois. Et pour que le rachat soit  intéressant, il faut remplir un certain nombre de critères. "Compte tenu des  pénalités de départ et des autres frais afférents, qui se montent environ entre  4 et 6% du prêt, il ne suffit pas que le taux soit inférieur au taux initial  pour que le jeu en vaille la chandelle", prévient Maël Bernier,  porte-parole du courtier Empruntis.com. 

En pratique, trois conditions doivent être réunies : se trouver dans le  premier tiers de l'emprunt (le moment où l'on paie les intérêts) ; que le  restant du capital dû s'élève au moins à 100 000 euros ; enfin, que la  différence entre l'ancien et le nouveau taux dépasse au minimum 0,80%.  Concrètement, ce dernier point concerne tous ceux qui ont acheté entre 2006 et  2009, ou entre 2011 et le tout début de 2012. "Le mieux est bien sûr de  respecter les trois critères, commente Ari Bitton, mais deux peuvent parfois  suffire."  

L'économie, au total, peut être très substantielle. Ainsi, selon une  simulation de la Cafpi, un emprunteur ayant souscrit, en décembre 2011, un prêt  de 200 000 euros sur vingt ans, à 4,15%, avec un capital restant dû de 193 000  euros, pourra racheter aujourd'hui son crédit à 3,15%. Soit une économie de 12  647 euros s'il veut garder la même durée de remboursement, et de 17 008 euros  s'il préfère conserver la même mensualité (qu'il aura ainsi fini de rembourser  quatorze mois plus tôt).

Notre actualité